Page précédente               


La poste en Egypte antique

Les premiers échanges postaux égyptiens se faisaient pour le compte du pharaon par des messagers utilisant les voies navigables du Nil. Ils étaient souvent considérés comme faisant partie d'un rang élevé, ces messagers correspondaient à des ambassadeurs.
On pense que l'Egypte du nouvel empire avait un réseau postal développé. Les historiens considèrent aujourd'hui que la poste à relais est apparue en Perses sous le règne de Cyrus le Grand. Mais bien qu'aucun document ne soit parvenu à nous, on peut penser que les Egyptiens ont été les premiers à développer ce mode de réseau. La poste à relais était basée sur des relais ou haltes positionnés le long de l'itinéraire à parcourir. Ces relais, de distances variables suivant les époques, correspondaient à une distance pouvant être parcourue par des chevaux. Les cavaliers pouvaient disposer de montures fraiches et également se reposer.
Ces relais auraient pu être mis en place lors de la période du nouvel empire égyptien, la période la plus prospère de toute l'histoire égyptienne, allant de la XVIIIe dynastie (1552 à 1292 av. J.-C.) en passant par la XIXe dynastie (1292 à 1186 av. J.-C.) jusqu'à la XXe dynastie (1186 à 1069 av. J.-C.).

En effet, tous les éléments étaient réunis pour créer une poste à relais :
- En premier lieu la domestication du cheval au début de la XVIIIe dynastie, élément primordial pour ce type d'organisation postale
- Un pouvoir bien installé et centralisé, celui d'un pharaon qui a besoin de communiquer sur l'ensemble de ses provinces. Thoutmôsis Ier (1506 à 1493 av. J.-C.) avait conquis le sud de la Palestine et contrôlait la Syrie.


 Thoutmosis Ier

- Les scribes produisaient de nombreux documents administratifs ou d'autres natures sur des tablettes d'argiles et sur des papyrus. Ces tablettes d'argiles étaient notamment utilisées pour correspondre avec les princes de Syrie et les souverains de Babylone. On retrouva des lettres d'argiles dans les ruines d'Tell el-Amarna, lesquelles furent envoyées en 1400 av. JC. par le roi Kassite de Babylone Kadashman-Enlil 1er au pharaon Amenhotep III (ou Aménophis III en grec). Ces lettres avaient un caractère diplomatique.


Amenhotep III


Correspondance entre le roi de Babylone Kadashman-Enlil et le pharaon Amenhotep III qui voulait épouser une princesse babylonienne

Un poème mentionnant des courriers royaux fut retrouvé, il s'agit de la seule trace connue des relais de poste, malheureusement ce dernier ne nous apporte aucune information précise :

"O si tu pouvais venir en hâte vers la bien-aimée
Comme le courrier royal
Dont la monture attend le messager avec impatience
Son cœur aspirant à l'entendre
Des écuries entières sont harnachées pour lui
Les chevaux l'attendent aux étapes
Le char attelé est à sa place
Le courrier n'a pas de répit en route
Son cœur s'abandonne à sa joie."

Les Egyptiens avaient développé un réseau de messagers rapides, appelés les "symmaci".
On trouvera plus tard la trace d'un réseau postale sous la dynastie des Ptolémées :
Alexandre le Grand se fera proclamer pharaon en 331 av. J.-C. après avoir conquis l'Egypte, annexée alors par les Perses, les Egyptiens l'accueillirent comme le libérateur. A sa mort, en 333 av. J.-C., Ptolémée 1er sera désigné satrape d'Egypte (protecteur du pouvoir (royaume)), puis il se proclamera en 305 av. J.-C. roi des Grecs et Pharaon des Egyptiens. Une nouvelle dynastie, celle des Ptolémées ou dynastie des Lagides, verra ainsi le jour. Ce sera la XXXIIe dynastie qui régnera de -323 à -30. Durant cette période, la poste à relais fonctionnait, ainsi que des messagers à pied et à dromadaires, appelés les méharistes.


Ptolémée Ier


Timbre tunisien - méhariste

Des papyrus célèbres ont été retrouvés permettant de témoigner des relais postaux :
Tout d'abord, le papyrus d'Hibeh qui décrit l'organisation du relais postal d'El Hibeh. Ces relais étaient très bien organisés le long du Nil et servaient seulement l'état en place. Les courriers se relayaient et disposaient de chevaux mis à disposition par les populations locales. Ce papyrus est un registre des heures de départs et d'arrivées des courriers.
Les relais de poste étaient beaucoup plus rapprochés que ceux des Perses. Les messagers et les chevaux étaient changés toutes les six heures, ce qui permettait au courrier de parcourir près de 200 kilomètres toutes les 24 heures, ce qui était remarquable pour l'époque.
Un autre papyrus, celui d'Oxyrhynchus fut découvert par des Britanniques lors de fouilles en 1896 sur le site d'Oxyrhynque. Celui-ci décrit un service postal plus rudimentaire de la circonscription d'Oxyrhynchos à environ 350 kilomètres au sud d'Alexandrie. Les messagers étaient à pied ou sur dos de dromadaires.


Papyrus d'Oxyrhynchus

                        Page précédente