Page précédente               


La petite poste sous Louis XIV et Louis XV

Aussi surprenant que cela peut l'être, le transport du courrier se faisait seulement d'une ville à l'autre, aucun service n'était développé à l'intérieur des villes, le courrier arrivant n'était pas directement distribué au destinataire. Celui-ci n'était même pas prévenu de l'arrivée d'une lettre, il devait passer au bureau pour retirer la lettre. Les petites villes sans bureau doivent envoyer des messagers privés une à deux fois par semaine dans les grandes villes dont elles dépendent pour récupérer le courrier.
Jean-Jacques Renouard de Villayer, doyen des conseillers d'état trouva aberrant que les Parisiens ne puissent pas correspondre entre eux. Jean-Jacques Renouard de Villayer obtient donc en 1653, l'autorisation par l'ordonnance du 17 juin de Louis XIV, de créer un service de distributeurs de courrier des bureaux de poste directement aux destinataires, les "facteurs" étaient donc nés ainsi que la petite poste ! Il inventa la boite aux lettres qui fit installer dans les principales rues de Paris, ces boites étaient vidées par les "facteurs" trois fois par jour, à six, onze et treize heures.




Louis XIV en 1648 par Henri Testelin

Autre petite révolution, le port des lettres de un sol devait être acquitté à l'aide d'un billet de port payé par l'expéditeur et non le destinataire comme de coutume à l'époque. Ce billet était vendu au palais de justice et devait accompagner le courrier, un second billet joint devait permettre de recevoir une réponse au message. Le billet de port payé par l'expéditeur préfigurait le timbre-poste, lequel sera officiellement mis en service pour la première fois en Angleterre en 1840 ! Jean-Jacques Renouard de Villayer serait-il l'inventeur du timbre-poste ? Certaines personnes le pensent même si l'histoire postale n'aura pas retenu son nom comme l'inventeur de cette petite vignette qui nous est familière ! Aujourd'hui, il ne reste malheureusement plus qu'un seul exemplaire de ces billets de port payé.


Louis XIV par Lebrun

Mais la tentative de la petite poste disparue aussi vite qu'elle était née, peut être comme souvent les inventions révolutionnaires, trop en avance sur son époque. Nous ne savons pas exactement les raisons exactes de cet échec, peut être que ce service était peu utilisé et non rentable ? Il faut noter que les plaques avec les noms des rues furent mises en place sur les premières et les dernières maisons de chaque rue suite à la décision de René Hérault, lieutenant-général de police de Paris, cette décision a été prise le 16 janvier 1728. Il faudra attendre près d'un siècle pour que cette idée soit reprise.


Louis XIV enfant par Hyacinthe Rigaud

Il sera à nouveau impossible d'utiliser la Ferme des postes pour la distribution du courrier en interne à Paris, il sera même ordonné de détruire toute lettre déposée dans la ville où elle doit être distribuée. Le seul moyen d'échanger des correspondances de Paris à Paris sera d'utiliser le service des messagers indépendants les "petits Savoyards" qui ont à l'époque le quasi-monopole Parisien, ou bien pour les personnes les plus aisées d'envoyer leurs propres employés.

                                                           
                    
Louis XV France par Louis-Michel Van Loo                     Louis XV enfant par Hyacinthe Rigaud

Paris était en retard par rapport à ses voisins Anglais ou la "Penny Post" assure la distribution à l'intérieur d'une ville depuis 1680, une lettre était distribuée le jour même de sa dépose grâce à un service qui fonctionnait de 6 heures le matin à 9 heures le soir. Clément Humbert Piarron de Chamousset, maître des comptes, était un philanthrope qui consacra une grande partie de sa fortune aux pauvres et aux malades aussi qu'à la reprise, en 1759, de l'idée de Jean-Jacques Renouard de Villayer, le développement de la petite poste. La Ferme des postes ne prenait pas en compte ce service malgré les bureaux de poste existant dans la capitale. En effet, le courrier est transporté mais non distribué, cette opération n'étant financièrement pas intéressante pour les financiers de la Ferme générale.

Louis XV lui donna l'autorisation par des lettres patentes du 4 mars 1758. Paris comptera donc neuf bureaux, un par circonscription et environ 500 boites aux lettres (banlieue comprise). Les bureaux de poste seront ouverts au public le 9 janvier 1760 et près de 150 facteurs assureront la levée du courrier, le tri et trois tournées par jour. Pour annoncer leurs passages, les facteurs secouaient une claquette, ils n'étaient, en effet, pas autorisés à monter les étages. La claquette était aussi appelée ténébre, cliquette ou bien encore claquoir. Les facteurs étaient vêtus d'un uniforme bleu et d'une plaque. D'autres villes suivront l'exemple Parisien notamment Bordeaux en 1766 puis Nantes, Lyon, Marseille, Strasbourg, Lille, Nancy ou bien encore Rouen. La grande poste annexera l'ensemble de ces postes le 30 juin 1780 suite au remboursement de leurs propriétaires.


Facteur de la petite poste de Paris en 1760
tenant une claquette dans sa main droite
Collection privée Collin

                        Page précédente