Page précédente               


 

Le premier timbre poste au monde :
le black penny


Comme nous avons pu le voir précédemment dans la page "la naissance du timbre-poste" la réforme postale ne sera intervenue qu'après de nombreuses discussions et de nombreux combats politiques. La taxe de 1 penny pour l'envoi de courrier en Angleterre entrera donc en vigueur le 10 janvier 1840 et sera payée par l'expéditeur. Le problème du paiement de la taxe et de sa matérialisation se posa alors. Rowland Hill n'avait traité que partiellement ce problème, il proposa donc à la commission postale en 1837 d'utiliser des enveloppes ou des feuilles imprimées avec le prix du port. Pour les lettres arrivant directement au bureau de poste, il proposa l'utilisation d'un timbre avec un côté collant afin de l'imposer sur l'enveloppe.


Sir Rowland HILL


James CHALMERS

Les premiers timbres étaient fiscaux, ils existaient depuis le XVIe siècle pour payer de nombreuses taxes sur différents articles ou pour payer le droit obligatoire pour les journaux. Ces timbres n'étaient pas adhésifs et pas encore postaux. L'idée viendra en 1834 et sera apportée par de James Chalmers, (1782-1853) un libraire et imprimeur écossais. Trois ans plus tard, en 1837, suite au pamphlet intitulé "Post Office Reform: its Importance and Practicability "(La reforme postale, son importance et son application) ou Rowland Hill proposa une taxe d'acheminement du courrier de 1 penny par demi-once soit 15 grammes, James Chalmers envoya des spécimens de timbres adhésifs. Rowland Hill qui préférait les entiers postaux au timbre ne prêta que peu d'intérêt à ces timbres.

Il faudra attendre le 23 avril 1839 pour que les lords de la trésorerie fassent appel au public pour proposer des projets d'enveloppes ou de timbres, l'appel fut considéré comme si important que le secrétaire des affaires étrangères fit une demande auprès des autres pays. Les participants avaient trois mois pour présenter leur projet. 2600 maquettes ont été reçues pour les entiers postaux et seulement 49 pour les timbres, on comprendra alors le peu d'intérêt à l'époque pour le timbre par rapport aux entiers. L'un des gagnants, Benjamin Cheverton, proposa un dessin à la main du profil gauche de la reine Victoria, Rowland Hill allait réaliser un croquis à partir de ce dessin, le black penny allait donc naître. On choisira la maison Perkins, Bacon et Petch pour imprimer les timbres. Ces imprimeurs, qui avaient la charge d'imprimer les timbres fiscaux, avaient une expérience dans les compositions difficiles grâce à des procédés et un papier rendant compliquée la copie. Dès l'apparition du timbre, la peur réelle des faussaires fit réfléchir les administrations postales à des techniques de production compliquées afin d'éviter les copies, peur qui ne disparaitra pas jusqu'à aujourd'hui. Les timbres sont en effet tout comme les billets de banque des valeurs fiduciaires. On fit appel au peintre Henry Corbould (1787-1844) pour finaliser le dessin du timbre, mais ses propositions n'ayant pas été retenues, on prendra le profil de la reine Victoria qui était représenté sur un médaillon. Ce dernier créé et vendu lors de sa visite à la cité de Londres le 9 novembre 1837, alors qu'elle avait 15 ans, a été gravé par William Wyon (1795-1851), chef du service gravure à la monnaie royale à partir de 1828 jusqu'à sa mort. William Wyon qui avait participé au concours n'avait pas été retenu !


Médaillon profil reine Victoria

 
Le penny black

Charles et Frédérick Heath commenceront la gravure de la matrice du timbre en janvier 1840 et finiront leur travail en avril 1840. Les deux premières planches seront imprimées suivant le procédé de taille-douce les 11 et 22 avril 1840 pour qu'enfin les 600 000 premiers timbres soient disponibles dans les bureaux de poste du Royaume-Uni le 1er mai (tous les bureaux ne seront pas servis à cette date), pour une entrée en service officielle le 6 mai. Sa première utilisation connue date du 2 mai 1840 à Bath ou un des postiers n'avait pas respecté la date de mise en service officiel. Au total environ 70 millions du penny black verront le jour.
Ce timbre est aujourd'hui très recherché par les philatélistes. On devrait plutôt écrire ces timbres, en effet pour une feuille de 240 timbres chaque timbre a des inscriptions différentes en fonction de sa position avec des coordonnées composées de deux lettres. La première pour la ligne et le deuxième pour la colonne allant de AA à TL, soit 12 colonnes et 20 lignes. Ces lettres sont placées dans les coins inférieurs des timbres, ce qui permet à certains philatélistes fortunés (le prix varie pour un timbre très abimé de 20 à 30 $ pour monter jusqu'à 1 000 à
8 000 $ à l'état neuf et suivant sa qualité) de reconstituer les feuilles complètes. Ces lettres avaient pour intérêt de compliquer le travail des faussaires. Un total de 11 planches auront été gravées en métal et portant les numéros 1a et 1b (la première planche étant réparée suite à une usure importante, la première ayant le plus servi) à 12. De petites différences permettent de savoir pour presque tous les timbres la planche d'origine utilisée.


Planche complète du penny black

                        Page précédente